LE Festival  DU CINEMA FRANÇAIS À CUBA : 20 ANS DÉJÀ !

 

Fondateurs/Organisateurs : Christophe Barratier et Nouredine Essadi (Création : 1998)

Sandrine Bonnaire à Santiago de Cuba

 

Notre Histoire

 

En dix-neuf ans, Le FESTIVAL DU FILM FRANÇAIS A CUBA est devenu le festival de film Français le plus important au monde en terme de fréquentation, enregistrant chaque année plus de 100.000 entrées pour un pays qui compte 11 millions d’habitants. Il est maintenant considéré comme un événement culturel majeur de l’île. Le faible coût de l’événement relève en grande partie du bénévolat des fondateurs.

 

En 1998, Christophe Barratier et Nouredine Essadi fondent le Premier Festival du film Français à Cuba, en collaboration avec l’Alliance Française de la Havane, l’Ambassade de France, le Ministère des Affaires étrangères et l’ICAIC (l’institut cubain d’art et d’industrie cinématographique).

 

Le principe de départ est resté le même : présenter au public Cubain – très amateur de cinéma Français – une programmation d’une quinzaine de long-métrages et d’une dizaine de courts, tous sous-titrés en espagnol.  Les films sont présentés trois semaines dans la capitale puis circulent dans les provinces principales de l’île pendant trois autres semaines. Le résultat de la première édition (1998) fût positif: 8.000 entrées, pour une opération initiée quasiment sans financement.

 

Encouragé par ces bons débuts, nous avons, l’année suivante, trouver un peu de financement permettant d’accompagner les films par une une délégation de comédiens, dont Pierre Richard, immense vedette dans l’île. Par l’entremise de Jean Castarède, alors contrôleur d’état, nous avons bénéficié d’un soutien du CNC et convaincu Unifrance d’aider la prise en charge des billets d’avion. Les résultats sont immédiats : à l’issue des six semaines d’exploitation, la barre des 20.000 spectateurs fût passée.

 

Très vite, lors des éditions suivantes, les subventions côté français se consolident (CNC, Unifrance, MAE, Titra Films), et nous mobilisons les entreprises françaises installés à Cuba: le groupe Accor, Aventis, Peugeot, Total, Société Générale etc…. Les délégations s’étoffent alors : Lambert Wilson, Mathilde Seigner, Ludivine Sagnier, Vahina Giocante, Gérard Jugnot, Agnès Jaoui etc.

 

En 2001 la fréquentation atteint 75.000 spectateurs.

 

2002

En 2002, une collaboration technique s’établie entre l’ICAIC et les Laboratoires Eclair  avec la visite de Bertrand Dormoy, son PDG de l’époque. Eclair remet à niveau les laboratoires cubains de développement de films par le don et l’envoi de matériel performant, accompagnés de techniciens formateurs. Xavier Merlin, directeur des Affaires internationales du CNC, se joint à la délégation afin de relancer l’accord officiel de coproduction franco-Cubain.

 

2003

Unifrance et le Ministère des Affaires Etrangères doublent leurs aides financières tandis que le Festival est conforté comme la première manifestation culturelle Française de l’île. Une délégation de producteurs vient officiellement enclencher des coproductions bilatérales. Marie-Claude Arbaudie, conseillère cinéma du Ministre de la Culture se rend au festival qui offre toujours une quinzaine de long-métrage et autant de courts. Le Festival 2003 franchit la barre des 100.000 entrées.

 

2004

 septième édition, le festival est marqué par la première mondiale (hors France) des « Choristes » de Christophe Barratier. Le film reçoit un accueil des plus émouvants. Guillaume Canet y présente « Mon Idole » et Agnès Jaoui y donne une master-class. Jacques Perrin, Edouard Baer, Nicolas Philibert sont également présents. Marc Tessier, alors président de France Télévisions, vient en compagnie de David Kessler. La fréquentation du festival bat tous les records pour atteindre 120.000 entrées.

 

Les années suivantes voient l’entrée de nouveaux partenaires comme France Télévision, accueillant deux années de suite le fidèle Patrick de Carolis. Nous recevons des cinéastes comme Laurent Cantet, Agnès Jaoui, Gérard Jugnot, Jean-Paul Salomé, Claude Zidi, Eric Barbier, Eric Lartigau, Kim Shapiron, Philippe Faucon, Guy Jacques et toujours des acteurs attachés aux films présentés.

 

2010

En 2010, Unifrance, en parallèle du festival,  décide d’organiser un marché, entre exportateurs français et distributeurs latino-américains. A cette occasion, nous recevons Regine Hatchondo et Antoine de Clermont-Tonnerre,respectivement  Déléguée Générale et Président d’Unifrance. Nous y recevons des producteurs comme Thomas Langmann, Iris Knobloch, Jacques Perrin ou Pascal Judelewicsz.

 

 

Enfin, en 2012, Isabelle Huppert est l’invitée d’honneur de la délégation tout comme Pierre Etaix et Sandrine Bonnaire le seront en 2013, avec des rétrospectives de leurs films. Les témoignages vibrants livrés à leur retour à Paris nous donnent une crédibilté définitive. Le nombre d’entrées reste toujours au delà des 100.000.

 

2014

En 2014, le festival acceuille une nouvelle génération d’acteurs, réalisateurs, producteurs français. Anisi, les acteurs Pierre Niney et François Xavier Demaison soufflent un vent nouveau sur le festival.

 

 

2015

En 2015, année de la visite historique à Cuba du Président de la République, François Hollande, la présidente du CNC, Frédérique Bredin, particicipe au Festival et signe avec son homologue cubain une covention de coopération concernant le financement de la numérisation d’une salle de cinéma à La Havane et le soutien à la restauration de films du patrimoine cinématographique cubain. Un vibrant hommage est rendu au réalisateur, Costa Gavras, invité d’honneur du Festival.

 

Le Festival du film français à Cuba est aujourd’hui le principal événement participant au rayonement culturel de la France à Cuba. Ce n’est pas un hasard si le Président de la République, François Hollande, a souhaité lors de sa visite officielle que le Festival du Film Français devienne la colonne vertebrale du mois de la France à Cuba, qui s’est tenu le mois de mai dernier.

 

Costa-Gavras et Laurent Cantet, fers de lance du cinéma français à Cuba

Le Figaro : 24.04.2015